Matrice des objets de formation

Matrice des objets de formation

  1. Objectifs

    • Etre capable de lire et interpréter une matrice des objets de formation



    d-client=”ca-pub-2041146479004630″
    data-ad-slot=”1219671700″
    data-ad-format=”auto”>

  2. Présentation

    • La matrice des compétences est un outil utilisé à plus d’une occasion lors de la conception et de la production d’un programme.
    • Au moment de la détermination des compétences, elle sert d’instrument d’analyse, de synthèse et de réflexion et favorise la cohérence du projet de formation en offrant une vue systémique de celui-ci.
    • Elle présente également les choix de l’équipe de production en ce qui a trait aux liens d’application entre les compétences générales et les compétences particulières en fonction d’une interprétation de l’exercice professionnel d’une part, et de la logique d’apprentissage, d’autre part.
    • Elle peut, par la somme des renseignements qu’elle contient, servir à soutenir l’organisation pédagogique en toute cohérence, en présentant, entre autres, la mise en relation des compétences dans un ensemble organisé selon le choix des concepteurs.
    • Elle offre une vision d’ensemble des compétences à acquérir, une vision « programme », intégrée et significative, laquelle est à même d’assurer une plus grande cohérence aux apprentissages que cible le programme d’études.
    • La matrice des compétences est fournie à titre d’indication.
  3. La matrice est un tableau à double entrée

    • La matrice est un tableau à double entrée. L’axe vertical regroupe les compétences particulières, l’axe horizontal, les compétences générales, ainsi que le cas échéant, le processus de travail.
    • Elle comprend également l’information sur le nombre d’heures jugé nécessaire pour l’acquisition de chaque compétence ainsi que de l’information sur le type d’objectif (de comportement ou de situation).
    • La matrice permet de voir les liens qui unissent des éléments placés sur l’axe horizontal et des éléments placés sur l’axe vertical. Il existe deux types de liens, représentés par des symboles blanc et noir, pour indiquer les articulations possibles :
    • Le premier type de liens renseigne sur l’existence de « relations », en situation de travail réelle, d’une part entre les activités de travail (compétences générales) et les tâches (compétences particulières) représenté par un cercle blanc, et d’autre part, entre le processus de travail et les compétences particulières (représenté par un triangle blanc).
    • Le second type de liens aux compétences particulières concerne une « application » pouvant se réaliser dans un contexte d’apprentissage.
    • Les symboles sont alors noircis et annoncent que l’on tient compte de ces liens dans la formulation des objectifs liés aux compétences particulières.
  4. Les liens entre les compétences

    • La première étape de la réalisation d’un scénario de formation consiste à déterminer la nature des liens entre, d’une part, les compétences particulières et les compétences générales et, d’autre part, les compétences particulières et le processus de travail que l’équipe retiendra pour compléter la description des compétences du référentiel de formation.
    • Pour ce faire, on se servira de la matrice des compétences présentée dans le référentiel de métier-compétences. On se souviendra que la matrice des compétences présente:
    • L’intitulé du métier;
    • Les compétences particulières dans l’axe vertical (les compétences particulières sont placées de haut en bas de l’axe vertical, selon leur degré de complexité ou leur ordre d’exécution en milieu de travail);
    • Les énoncés des compétences générales et les étapes du processus de travail, de gauche à droite sur l’axe horizontal;
  5. Utilité de la matrice des compétences

    • La matrice est donc utile pour saisir rapidement les rapports des compétences entre elles. De plus, elle peut fournir des indications sur la cohérence et l’applicabilité en donnant une vue d’ensemble du projet.
    • La matrice peut servir de guide lors de l’élaboration des activités d’apprentissage par les établissements d’enseignement : elle est le seul outil qui indique lesquelles des compétences sont générales et lesquelles sont particulières.
    • La portée de ces deux types de compétences ayant une incidence sur les activités d’apprentissage à formuler et sur les intentions éducatives.
    • La matrice est fort utile au moment d’élaborer la séquence d’enseignement (logigramme) dans les établissements.
    • On trouvera un exemple
      de liste et de matrice des compétences à l’annexe III.
      Source:https://www.francophonie.org

    • Guide de conception et de production d’un programme d’études professionnelles Québec



Abonnez vous à notre chaîne YouTube gratuitement