Standard Progressives Matrices

Standard Progressives Matrices





    1. Présentation

      • Les matrices progressives de Raven (souvent simplement appelées « matrices de Raven ») sont une famille de tests d’intelligence à choix multiples créée à l’origine par John Carlyle Raven en 19361. Lors de chaque question, le candidat est prié de compléter une série. Beaucoup de questions sont présentées sous forme d’une matrice mathématique 3×3 ou 2×2, ce qui a donné son nom à cette méthode.
      • John Carlyle Raven a publié pour la première fois ses matrices progressives au Royaume-Uni en 1938. Ses trois fils ont créé une maison d’édition en Écosse, la J C Raven Ltd en 1972. Harcourt Assessment, division de Harcourt Education a racheté J C Raven Ltd en 2004.
      • Les matrices sont proposées sous trois formes différentes au participant, correspondant à trois types de capacités différentes:
    2. « Matrices progressives standard » :

      • il s’agit de la forme originelle des matrices, publiées dès 1938.
      • Le livret comprend 5 sets (de A à E) de 12 questions chacun (A1 à A12 jusqu’à E12 par exemple), ces questions sont ordonnées par difficulté progressive, demandant à chaque étape des aptitudes cognitives d’encodage et d’analyse de l’information de plus en plus poussées.
      • Toutes les questions sont présentées en noir et blanc.
    3. « Matrices progressives colorées » :

      • Il sont destinées aux jeunes enfants, aux plus âgés ou aux personnes atteintes de problèmes d’apprentissage,
      • Ces tests contiennent deux sets A et B avec un set additionnel 12 questions dénommé « Ab ».
      • La plupart des questions sont présentées sur fond coloré afin de stimuler visuellement les personnes testées. Néanmoins, le dernier set B est présenté en noir et blanc afin de permettre, au cas où le participant excède les prévisions, de venir reprendre sur le test standard à partir du stade C.
    4. « Matrices progressives avancées » :

      • Il s’agit de la forme avancée des matrices contient 48 questions, distribuées en un set de 12 (set I) et un autre de 36 (set II).
      • Les questions sont à nouveau représentées en noir sur fond blanc et présentent un facteur de difficulté progressive dans les deux sets.
      • Cette version est adaptée aux adultes et adolescents présentant une intelligence au-dessus de la moyenne.
    5. Les versions « parallèles »

      • Il existe également des versions dites « parallèles » des matrices standard et colorées, publiée en 1998. Ces versions parallèles ont été développées pour diminuer les problèmes dus à la familiarité du public avec les matrices de Raven.
        • Présentation du SPM et analyse qualitative
          • Le SPM se présente en 5 séries A, B, C, D et E qui contiennent chacune 12 items.
          • A l’intérieur de chaque série, la difficulté est croissante. De même, la difficulté s’accroît au fil des séries.
          • Notons qu’une personne qui ne résout pas, par exemple, l’item C11 peut tout à fait résoudre l’item D1 ;
            • Quelques éléments sur la composition des séries :
              • Série A : perceptive
                • A1 => A7 : figure qui complète le dessin, figure à l’identique
                • A8 => A12 : figure qui suit la logique de progression du dessin
              • Série B : prégnance de la forme, symétrie.
                • B1 => B5 : figure identique et/ou symétrique
                • B6 => B9 : combinaison de deux éléments => symétrie de la forme ET du fond
                • B10 => B12 : combinaison de deux éléments => symétrie de la forme ET ajout ou soustraction du fond
              • Série C : série des nombres et de la progression
                • C1 => C6 : reproduction d’une suite logique, d’une série par progression, addition ou soustraction
                • C7 => C12 : travail sur le fond => déplacement, addition ou soustraction
              • Série D : combinatoire
                • D1 => D3 : repérage de l’élément manquant dans une série de 3, en ligne ou en diagonale
                • D4 => D5 : même raisonnement en ligne ET en colonne
                • D6 => D10 : combinaison du fond ET de la forme, en raisonnant en diagonale ET en colonne ou diagonale
                • D11 => D12 : même raisonnement sur des séries discontinues
              • Série E : combinatoire, niveau formel
                • E1 => E6 : addition ou soustraction d’éléments en ligne ET en colonne
                • E7 : repérage de deux séries + identification de l’élément manquant dans chacune = conjonction de ces deux éléments pour trouver la solution
                • E8 => E11 : conservation d’éléments isolés et soustraction d’éléments en double
                • E12 : soustraction des éléments à l’intérieur et à l’extérieur des figures représentées.