Back

Les contraintes liées au développement mobile

Les contraintes liées au développement mobile

  1. Présentation

    • Lorsque que l’on cherche à concevoir une application mobile, le positionnement de l’application ou le choix de la technologie ne sont pas les seules contraintes.
    • En développant des applications pour mobiles, il faut prendre en considération certaines contraintes des appareils cibles
    • Le développement sur smartphones doit prendre en compte les spécificités de ce type de terminaux comme la gestion des ressources matérielles et réseaux limitées, la fragmentation importante des systèmes et des marketplaces, et l’hétérogénéité des environnements de développement.
  2. Des ressources limitées

    • Mémoire limitée / processeur lent
      • Bien que les nouveaux modèles haut de gamme arrivent à 3Go de RAM (même 4 prévu pour 2015), la plupart des smartphones souffrent d’un temps de chargement long
      • Bien faire attention au type de public ciblé
      • Éviter les traitements complexes, gourmands en mémoire
    • Capacité de stockage
      • Quelques smartphones très haut de gamme (iPhone6) ont une mémoire de 128Go
      • Mais plusieurs modèles d’entrée de gamme n’ont que 4Go (majorité de 1660)
      • Penser à s’orienter plus vers le stockage sur le cloud, par exemple.
    • Automobile
      • Éviter les applications gourmandes en énergie (caméra vidéo par exemple, nécessaire pour la réalité augmentée)
      • Application doit supporter
    • Taille d’écran réduite et variable
      • Réduction du contexte de l’application par rapport à un écran
      • Tailles varient d’un appareil à un autre (smartphone, tablette, phablette,…)
      • Exploiter tout l’espace fourni de manière optimale
      • S’orienter dans le développement vers le responsive-design (adaptable à la taille de l’écran)
      • Penser à des choix d’IHM qui facilitent la navigation (un header fixe, utilisation des icônes à la place des mots…)
    • Problèmes de connectivité
      • Problèmes de connectivité dus à la mobilité
      • Utilisation des réseaux 36/46, donc payants
      • Penser à un mode offline pour vos applications/sites
      • Attention aux mises à jour automatiques
    • Téléchargement plus lent
      • Connexions internet plus lentes, latence réseau et mémoire et processeur limités
        • Vitesse de téléchargement assez faible par rapport aux ordinateurs
      • 80% des utilisateurs ne veulent pas utiliser leur téléphone pour surfer sur le web
      • 64% s’attendent à ce qu’une page soit disponible en 4s, alors qu’en moyenne, un smartphone la télécharge en gs
      • Utiliser des technologies qui facilitent le chargement des pages, comme l’exploitation de la cache, ou l’utilisation de CSS3
      • Réduire la taille des images, le nombre de fichiers et les traitements côté client
    • Manipulation plus délicate
      • Utilisation délicate du clavier tactile, sujette à beaucoup d’erreur de frappe et désagréable pour l’utilisateur
        • Minimiser le nombre de champs de texte
        • Favoriser les champs préremplis
        • Fonctionnalités d’auto-complete, correction d’orthographe…
      • Clics invalides, à cause de l’utilisation des doigts (problème appelé du FAT FINGER)
        • Attention à la taille et proximité des éléments cliquables
        • Penser à une fonctionnalité “Annuler” disponible un peu partout
      • Absence de l’effet de survol (hover)
        • Besoin de plus de liens et de boutons
  3. Le budget de la création d’application

    • Créer une application pour smartphone nécessite un budget pouvant être bien plus élevé que prévu surtout :
      • Si l’application doit être disponible sur tous les systèmes d’exploitation.
      • Si elle doit être développée en utilisant des technologies natives.
      • Si l’on a besoin d’une infrastructure serveur pour répondre aux besoins fonctionnels le nécessitant.
      • Cet investissement économique peut être une contrainte dans la création d’application mobile.



Riadh HAJJI

Abonnez vous à notre chaîne YouTube gratuitement